Une pratique ouverte à tous
 

L'Aïkido, par ses techniques douces sans utilisation de la force, s'adresse à tous. Les femmes, les plus jeunes ou les moins jeunes n'uaront aucun désavantage.

La motivation étant la principale qualité nécéssaire, les capacités à se détendre, à se concentrer et à coordonner ses mouvements pourront se développer ensuite.

Il n'y a aucun esprit de compétition, il n'y a pas de niveau, de meilleur ; c'est l'expérience qui permet une progression de soi et des autres.
 

Stage avec Gérard Blaize
 
Quelques freins peuvent décourager le débutant.

La peur de tomber et de se faire mal en est le premier.
Cependant les chutes sont beaucoup moins violentes que dans d'autres arts martiaux et il faut simplement apprendre à tomber en roulant et en frappant avec les mains pour éviter les chutes à plat, sur les épaules ou sur le coxis.
Une chose est sûre, plus on est raide et plus on a de chances de se faire mal et de ne pas travailler correctement.
Il faut aussi éviter de se mettre soi-même par terre sinon on ne fait pas progresser le partenaire.
Sachant qu'aucune technique n'a pour but de faire mal, en se détendant et en étant relax, tout se passe bien.

Au début, les techniques apparaissent complexes et nombreuses.
On a l'impression que l'on ne pourra jamais les retenir toutes, on se demande sans arrêt comment on commence, comment on place les pieds, les mains... Rien n'est facile dès le début et il faudra quelques mois pour reconnaître et maîtriser les techniques principales, mais en observant attentivement le professeur, on identifie rapidement les mouvements de bases.
Plutôt que de se demander comment placer tel ou tel membre et dans quel ordre, il est préférable de se concentrer sur le mouvement que doivent effectuer les hanches ; étant donné qu'en Aïkido les jambes, les hanches et les épaules doivent toujours rester dans un même alignement, le mouvement apparaït ainsi beaucoup plus simple.
Il faut également préciser que si l'on essaie de faire une technique avec son cerveau en analysant et en se disant d'abord je place mon pied à 3 cm du sien puis je tourne de 45°, je monte la main, ... ça ne marchera jamais. On doit essayer d'oublier la décomposition du mouvement pour pouvoir effectuer la technique de manière fluide et continue et il faut apprendre à ressentir les angles, positions et mouvements qui sont exacts et qui permettent d'effectuer la technique avec différents partenaires car chacun réagit différemment.

Vu de l'extérieur ou lorsque l'on débute, on peut avoir l'impression que les techniques sont peu efficaces et que l'attaquant tombe volontairement. Il faut en effet un certain temps de pratique avant de pouvoir faire tomber sans que le partenaire ne puisse résister ou réagir.
Cependant, lorsque l'attaquant se concentre sur son attaque en ayant l'intention, en effectuant la technique correctement, il y a un moment, comme un point de non retour, où il ne pourra plus rien faire jusqu'à la fin de la technique. Toute la difficulté est de parvenir à commencer la technique sans attendre et en se plaçant correctement pour que l'attaquant soit "pris" et qu'il ne puisse pas frapper ou se retirer.
 
 
 
 
 

Précédent
Sommaire
 
Suite